le potager : le presse-motte

presse-motte

La confection des mottes pressées pour produire des plants vigoureux.

 


La plantule, jusqu'au stade "2 feuilles" trouve l'essentiel de sa nourriture dans la graine. Plus le milieu initial est pauvre, plus la plante émet de racines, ce qui, à ce stade, est souhaitable.

Afin de poursuivre sa croissance, elle recherchera progressivement les éléments nutritifs dans la terre environnante. Si cette dernière est trop riche, ou d'une forte teneur en compost, la plante se développera trop rapidement, sera frêle et prédisposée à une attaque de la pourriture du collet (ou pied noir), qui est une maladie cryptogamique.

Le substrat de culture devra donc être analogue à une bonne terre de jardin, sans richesse particulière.
Comme celle-ci, il sera meuble, d'une teneur en humus suffisante et d'une bonne capacité de rétention d’eau ; il contiendra toutes les substances nutritives essentielles et disposera d'une bonne activité biologique.

De plus, les mottes pressées devront répondre aux exigences particulières des plantules et des jeunes plants. C'est pourquoi elles devront :

  • rester souples malgré les pressions subies lors de leur formation.
  • avoir une bonne stabilité mécanique permettant le soin, le transport et la mise en place sans dommage.

On peut répondre à ces critères en élaborant un mélange composé de tourbe, compost, terre de jardin et sable.

 

Proportion du mélange

La formule suivante est donnée à titre indicatif.
Ce mélange peut varier selon les caractéristiques spécifiques des différents composants.

  • 2 seaux (de 10 litres) de tourbe blonde
  • 1 seau de compost (+ d'un an)
  • 1 seau de terre de jardin
  • 2 à 3 litres de sable
  • 2 à 3 poignées de poudre de roches
  • 1 à 3 poignées d'amendement calcaire

 

À NOTER
La plupart des sociétés diffusant des terreaux disposent dans leur gamme d'un terreau presse-mottes. Il est habituellement à base de tourbe.
Préférer ceux élaborés avec de la tourbe compostée.

 

Tamisage

Utiliser un tamis (vide de maille 4 mm). Un tamis rond est plus maniable qu'un ustensile carré. Il est préférable de tamiser chaque composant séparément.

 

Malaxage

Bien mélanger les différents composants dans un grand récipient afin d'obtenir un terreau homogène.

 

Humidification

Arroser le terreau. Il suffit de presser une poignée de terreau ; le degré idéal d'humidité est atteint quand les gouttes d'eau suintent entre les doigts.

 

Remplissage de la presse manuelle

- introduire verticalement à plusieurs reprises la presse dans le mélange humidifié
- longer de préférence les parois jusqu'au fond du récipient.
La presse est remplie quand du terreau ou de l'eau apparaît entre les interstices supérieurs. A ce moment, lisser le matériau excédentaire sur le rebord de votre récipient.

 

Expulsion de la motte

Poser le presse-mottes dans le bac de culture. Resserrer légèrement les poignées, tout en retirant le moule.
Telles qu'elles sortent de la presse, les mottes sont séparées. Il peut cependant arriver que des mottes se touchent. Pour éviter un enracinement trop anarchique, il est bon de prévoir un espace suffisant entre chaque ligne de mottes.

 

Semis

Il n'y a aucune difficulté pour disposer manuellement toutes les grosses graines dans les évidements des mottes.
Pour les graines petites (jusqu’à la taille de la graine du radis) ou très fines (bégonia jusqu'à 100.000 graines au gramme), on utilisera un petit plantoir et une astuce toute simple :

  • disposer les graines dans un sébile ou sur une feuille de papier
  • toucher la graine choisie jusqu'à l'adhésion
  • déposer la graine dans l'évidement et appuyer légèrement pour assurer un bon contact avec le terreau

 

Les soins

Pour obtenir des plants vigoureux, il faut surveiller les facteurs suivants :

Eau :
si les mottes sont ensemencées immédiatement après leur confection, leur teneur en eau est normalement suffisante pour les jours qui suivent.
L'arrosage s'effectue directement sur les mottes avec un vaporisateur ou une pomme fine (un arrosage grossier désagrège la motte et noie la semence).

Température de germination optimale :
il est important de respecter les températures considérées comme optimales pour une bonne levée ! On regroupera donc les espèces mises en culture selon leurs besoins respectifs.

Luminosité :
C'est sans doute le facteur le plus négligé par l'amateur, qui produit souvent des plants étiolés.
Surtout au début de la saison, certaines plantes exigeantes en lumière nécessitent un éclairage d’appoint. Il existe des lampes spécialement étudiées pour cet usage.

 

Suivi de culture

La plantation en mottes pressées est si passionnante que l’amateur risque de perdre le contrôle de ses cultures.
Il est donc conseillé de noter soigneusement les éléments essentiels :

  • origine des semences
  • date de semis
  • quantité de plants nécessaire
  • taux de levée

Votre saison de jardinage pourra ainsi être bien planifiée.
En cas d’échec éventuel, on en déterminera plus rapidement l’origine.

 

Mise en place

La mise en place des plants en pleine terre remplace le repiquage. Le moment le plus favorable se situe en fin d’après-midi, par ciel couvert.
Les mottes pressées seront bien imbibées d’eau, afin que le plant dispose d’une réserve.
Bien entendu, il faudra veiller à assurer un bon contact de la motte avec la terre environnante.
On terminera le travail par un arrosage général.

 

 

  • 2018-12-14

 

Fil d'Ariane